Les sangliers
sont entrés dans Berlin

De notre correspondant à Berlin, Patrick Saint-Paul
19/12/2008 | Mise à jour : 21:40 | Ajouter à ma sélection .

Des hivers moins rigoureux ont permis aux laies de mettre bas deux portées par an, provoquant une croissance exponentielle des suidés.
La capitale la plus verte d'Europe ne sait plusà quel saint se vouer face à des bêtes si malignes qu'elles se jouent des «chasseurs de villes».

Le soleil se couche. Pris de panique, les enfants courent se cacher derrière leurs parents en poussant des cris. Sortie de la pénombre, une imposante bête au pelage gris brun, armée de défenses acérées, vient de faire irruption aux abords d'un marché de Noël. C'est un sanglier, qui esquisse une charge avant de s'enfuir dans les fourrés. La scène n'a rien d'extraordinaire à Berlin, capitale branchée mais aussi métropole la plus verte d'Europe, où les sangliers ont élu domicile.

Ces suidés semblent apprécier tout particulièrement la douceur de vivre de la capitale fédérale. Selon les estimations de la mairie, ils sont entre 7 000 et 8 000 à y battre le pavé. Ils ont délaissé les forêts qui entourent Berlin, où ils sont à la merci des fusils des chasseurs, et peu à peu ont investi les rues de la cité, où la chasse est interdite. Ces cochons sauvages, Wildschweine en Allemand, font rarement bon ménage avec les 3,5 millions d'habitants que compte Berlin. La mairie croule sous les pétitions réclamant une solution au problème.

Il n'est pas simple à régler si l'on en croit Derk Ehlert, le responsable des chasses à la mairie de Berlin, car ces malotrus de sangliers «ne respectent ni la loi ni les règles de la circulation». Ils labourent les propriétés des quartiers résidentiels et transforment les pelouses soigneusement entretenues en véritables Verdun. Ils traversent les routes sans crier gare et sont responsables de plusieurs centaines d'accidents de la circulation chaque année. Confortablement nichées dans les bacs à sable des Spielplatz (les squares), les laies chargent les enfants qui s'intéressent de trop près à leurs marcassins. Ils sont partout, jusque sur les très touristiques Alexanderplatz et Potsdammerplatz, devenues une sorte de Manhattan berlinois, et même sur les pelouses du Reichstag, le Parlement. Terrorisées, de nombreuses mères de famille avouent ne plus seulement faire attention aux voitures en traversant la rue. Mais aussi aux hordes de sangliers.


Intelligence hors du commun

Le réchauffement climatique explique en partie le phénomène. Les hivers moins rigoureux ont permis aux laies de mettre bas deux portées par an plutôt qu'une, provoquant ainsi une croissance exponentielle des suidés. Mais la conversion de la région de Berlin à la culture du maïs, le repas préféré des sangliers, entre aussi en ligne de compte. S'ajoute à cela, une explication historique. Non seulement le mur de Berlin empêchait les Ossis de fuir vers l'Ouest, mais il séparait Berlin de ses forêts avoisinantes du Brandenbourg riches en gibier. Depuis la réunification, Berlin, avec ses nombreux chantiers et ses rues en travaux, regorgeant de vers et d'insectes, s'est transformé en restaurant cinq étoiles pour sangliers.

La Mairie tente d'endiguer le phénomène. La minorité très active de Berlinois tombés sous le charme des sangliers et qui leur distribue de la nourriture est désormais passible d'une amende de 5 000 euros. Berlin a aussi mandaté quelque trente-cinq «chasseurs de ville», pour abattre les hordes. Mais la bête est maligne. Voire vicieuse.

«Lorsque nous essayons de les entraîner vers les terrains vagues, pour leur tirer dessus, ils se faufilent et se jettent entre les voitures, peste Derk Ehlert, le garde-chasse. Grâce à leur intelligence hors du commun, ils ont compris qu'il nous est plus difficile de les abattre au milieu des automobilistes ou tout simplement en milieu urbain, au risque de blesser des passants. Ils connaissent mieux que nous la ville et ses nombreux bâtiments désaffectés qui leur servent de planque.» Et dès lors que des citoyens, pris de remords, invectivent les chasseurs ou crèvent les pneus de leurs voitures pour les dissuader d'intervenir, Ehlert ne voit plus qu'une seule solution : apprendre à vivre ensemble.

Visualizzazioni: 11

Commento

Devi essere membro di Dodo/Dada ARTE POSTALE per aggiungere commenti!

Partecipa a Dodo/Dada ARTE POSTALE

Punto d'incontro e confronto per quelli che hanno praticato praticano e praticheranno Arte Postale. SOLA REGOLA L'USO DELLA LINGUA ITALIANA

TRADUTTORE DODODADA

Tool per traduzioni di pagine web
By free-website-translation.com

Use this tool for your translations of DodoDada

Utilizzate questo strumento per le vostre traduzioni di DodoDada

Forum

PROGETTO INTERNAZIONALE DI  MAIL ART /  “SELFIE SEARCHING  FOR  IDENTITY”

Iniziata da ARCHIVIO OPHEN VIRTUAL ART in ARTE POSTALE / coscienza critica. Ultima risposta di alfonso caccavale 24 Mag. 2 Risposte

PROGETTO INTERNAZIONALE DI  MAIL ART SPAZIO OPHEN VIRTUAL ART GALLERYVia S. Calenda, 105/D  84126  Salerno (Italy). Progetto “Add e Return”  dal titolo: “SELFIE SEARCHING  FOR  IDENTITY” A cura di Giovanni  Bonanno  e in collaborazione con…Continua

Tag: Salerno, Gallery, Art, Italia, Collezione

MARCELLO DIOTALLEVI / In forma di viaggio, francobolli e lettere da Citera.

Iniziata da ARCHIVIO OPHEN VIRTUAL ART in ARTE POSTALE / coscienza critica 12 Apr. 0 Risposte

SPAZIO OPHEN VIRTUAL ART GALLERY MARCELLO   …Continua

Tag: Ophen, Spazio, Contemporanea, Arte, Virtual

Roma, Maestri Internazionali del Libro d'Arte in una grande rassegna evento.

Iniziata da ARCHIVIO OPHEN VIRTUAL ART in ARTE POSTALE / coscienza critica 21 Gen. 0 Risposte

  POGA POGA (Una metropoli che balla).…Continua

Tag: ROMA, RUGGERO, MAGGI, POGA, MARIA

SHOZO  SHIMAMOTO  HA TROVATO CASA A NAPOLI (Italy)..

Iniziata da ARCHIVIO OPHEN VIRTUAL ART in ARTE POSTALE / coscienza critica 16 Dic 2017. 0 Risposte

L’ASSOCIAZIONE SHIMAMOTO APRE UNO SPAZIO PERMANENTE A NAPOLIpubblicato giovedì 14 dicembre 2017Shozo Shimamoto  scomparso nel 2013, da oggi, il suo lavoro di ricerca può essere fruito presso  un nuovo spazio espositivo permanente, che arricchisce il…Continua

Tag: Art, Gutai, Giappone, Virtual, Ophen

Salerno, Dadodu&Co, materiali d’archivio 1977-2017

Iniziata da ARCHIVIO OPHEN VIRTUAL ART in ARTE POSTALE / coscienza critica 10 Dic 2017. 0 Risposte

IBRIDIFOGLIDADODU&CO.materiali d’archivio 1977-2017minimalia, ephemera, collezioni e libri d’artistaa cura di Antonio Baglivo e Vito PintoARCHIVIO DI STATO di SALERNOpiazza Abate Confortidal 15 dicembre 2017 al 30 gennaio 2018…Continua

Tag: Mibact, Fogli, Ibridi, Ophen, Virtual

© 2018   Creato da Claudio Romeo.   Tecnologia

Badge  |  Segnala un problema  |  Termini del servizio